Père riche, père pauvre – Leçon 4 (1)

« Mon père riche a tout simplement joué le jeu habilement, et il le fit par l’intermédiaire des entreprises, lesquelles sont le plus grand secret des riches. »

 

Il y a beaucoup de choses que nous ignorons, et heureusement sinon il y aurait des milliers d’entreprises fictives. Ma phrase est certainement mal tournée, car il y a effectivement un nombre considérable d’entreprises qui n’en ont que le nom.

Le gouvernement ne met pas sur un pied d’égalité le travailleur et l’entreprise.

Par exemple :

Si avec l’argent de l’entreprise, le patron achète une voiture dite de fonction, les frais du véhicule, ainsi que ceux de son entretien font diminuer les bénéfices, donc le montant imposable. Rien n’empêche le patron d’utiliser cette automobile pour ses besoins personnels.

Si le salarié achète également une voiture, et ce même s’il a absolument besoin pour aller travailler, le montant de son achat ne sera pas déduit de ses revenus. Seuls les frais kilométriques pour se rendre au travail sont déduits.
De plus, il devra rembourser le crédit et ses intérêts, parce que les gens de la classe moyenne et encore plus les pauvres ont rarement la somme totale disponible pour un tel achat.

Le premier cas, l’achat effectué est considéré comme une nécessité au bon fonctionnement de l’entreprise. Dans la seconde, il est un bien de consommation donné par le pouvoir d’achat que représente le salaire.

 

«La vraie réalité est que les riches ne sont pas imposés. C’est la classe moyenne qui paie pour les pauvres, en particulier la classe moyenne instruite aux revenus élevés.»

 

Cette citation fait écho la première avec une réalité. A la différence que celle-ci me fait sourire, car tout comme les riches, je ne paie pas d’impôts sur le revenu.

Non pas que je sois pauvre. En tout cas, je vis plutôt bien. D’ailleurs ma fille me dit souvent qu’elle a de la chance d’avoir des parents qui ont de l’argent. Elle peut faire ses cours de guitare, de piano, de japonais, passer son permis « conduite accompagnée », faire du BMX, avoir … enfin bref. Heureusement que son frère ne jure que par Youtube. Et pourtant dans mon ménage, il n’y a qu’un salaire. Quand il y en a eu deux, le deuxième vole rarement loin des pâquerettes.

Je m’excuse par avance pour celles qui se sentiront méchamment visées par ce qui va venir, mais je suis souvent sidérée quand j’entends mes amies qui râlousent à cause de leurs impôts à payer. Je me retiens de leur crier :
Mais bordel de merde ! Tu fais quoi de tout ton fric. J’ai la même famille que toi, un seul salaire qui rentre, et moi j’arrive à mettre des sous de côté. Avec deux vraies payes, tu devrais être Crésus. Malgré tout, tes impôts restent durs à payer.

Non pas que je veuille payer des impôts, mais si un jour je me retrouve à en devoir, parce que je serais devenue une grande écrivaine, je ferais pipi partout de joie.

Tout cela pour dire : si des revenus sont élevés, tu paies, paies, et paies encore.

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s