Blessée de guerre

A tes mains et tes pieds des bandages.

Comme j’aurais aimé te protéger.

Mais aujourd’hui tu choisis ta voie, petit soldat.

Je ne peux soigner tes plaies et bercer tes nuits.

femme baillon

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s