Père riche leçon 1 – un petit bilan personnel

« Les riches ne travaillent pas pour l’argent »

C’est la phrase que je retiendrais le plus de cette première leçon.
La vision de père riche est saisissante de vérité. Les événements qui se déroulent en France en ce moment ne le font pas mentir.

Nous avons peur :
• De ne pas arriver à joindre les deux bouts.
• D’avoir toujours à ramer pour finir le mois.
• De perdre ces misérables rentrées d’argent qui nous permettent …

Permettent quoi en fait ?

Je me souviens avec aigreur de cette période où mon mari était en déplacement plusieurs mois pour son travail et que l’ANPE m’a embringuée dans une vaine formation qui ne m’a rien apporté de concret niveau emploi.

Mes enfants étaient malheureux comme les pierres de ne pas avoir leur papa à la maison. Leur maman les laissaient en garderie de l’école le matin et le soir. Tout ça pour ne pas risquer de perdre les quelques centaines d’euros dont j’avais légalement droit, puisque j’avais travaillé.

Cela a été une révélation pour moi de voir comment on peut s’épuiser pour un travail qui m’a surtout couté des sous, parce que j’ai dû payer des frais que je n’aurais pas eus sans cette formation.

Actuellement, je travaille pour rien. Je suis bénévole à la Croix Rouge de Polynésie. J’y viens quand je l’ai choisi, fait du tri de vêtement, et part quand je veux.

Je dois avouer que la rémunération de ma douce moitié me permet de vivre de l’air du temps. Nous vivons simplement et malgré tout confortablement.

D’ailleurs une réflexion de ma fille m’a fait sourire. Fan de manga et envie de Japon, elle prend des cours payants de japonais. Bien que nous fassions partie de la classe moyenne, aux yeux de ma fille, elle a des parents riches.

Pas de Porsche dans le garage, pas de tableaux de maître si ce n’est ceux de ma fille, pas d’argenterie.
Juste la possibilité financière de s’offrir le luxe que représentent des cours de langue, ou de musique, ou un nouveau téléphone portable (oui on a beau ne pas être dingue du dernier gadget à la mode, le téléphone portable, c’est le téléphone portable).

Cette leçon de Robert Kiyosaki met en valeur notre peur de manquer. Les personnes de la classe moyenne et les pauvres triment pour trois sous afin de « survivre » aux factures, alors que les riches cherchent à investir chaque denier pour les doubler, les tripler, …

Pour devenir riche, la première leçon (selon moi) sera donc d’abandonner ces peurs qui nous empêchent de voir grand.

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s