Père riche, père pauvre – leçon 1 (8)

« On peut comparer cela à un âne en train de tirer une charrette tandis que son maître laisse pendre une carotte juste au-dessus de son museau.
Il est fort possible que le propriétaire de l’âne se rende où il veut aller, mais l’âne de son côté poursuit une illusion.
Demain, le même manège recommencera et l’âne devra se contenter d’une autre carotte illusoire. »

J’aime beaucoup cette vision de l’âne et de la carotte, même si je sais qu’il n’y a pas besoin de carotte pour faire avancer un âne. Cette histoire ne prend pas en compte le côté têtu de l’âne qui peut très bien décider de ne pas faire un pas pour cet imbécile d’humain qui sera bien obligé de le nourrir, qu’il avance, ou pas.

Si je prends cette métaphore telle quel, en effet le travailleur est un âne (l’intelligence en moins) qui avance pour attraper une carotte illusoire. Il fait les tâches décidées par un employeur et parfois plus en espérant une hypothétique récompense, une illusoire prime, une éventuelle augmentation, quelques remerciements.

Combien de personnes font des heures supplémentaires sans être payées ?
Trop !

Notre vie de travailleur n’est qu’une illusion parmi tant d’autres.

Alors bien sûr qu’il faut des manouvriers. Quoiqu’avec toutes ces entreprises robotisées, on tend vers une déshumanisation du « travail » au sens propre du terme. Dans certains pays, on voit même apparaître des androïdes pour présenter le journal télévisé.

Mais dans ce cas, la peur s’estompera, puisqu’il n’y aura plus d’illusions à avoir.

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s