Père riche, père pauvre – leçon 1 (5)

« La plupart des gens, si on leur donne plus d’argent, ne réussissent qu’à s’endetter davantage. »

La société de consommation est le fléau de notre temps.

Il n’y a qu’à écouter les médias, en ce moment. Ils ne parlent que de cela.

Mais les gilets jaunes revendiquent-ils vraiment tous plus de pouvoir d’achat ?

Certains arrivent difficilement à joindre les deux bouts. Une fois les factures payées, il leur est difficiles de mettre un peu de beurre dans la gamelle de coquillettes. Bien sûr, c’est une image, mais quand bien même, il faut pour certaines et certains se contenter de patates ou de pâtes.

Etant une ancienne enfant de mère célibataire, je sais de quoi je parle ; c’était déjà comme ça de mon temps. Et croyez-moi sur parole, un gosse sait que s’il n’y a pas de sous pour remplir le frigo, il n’y en a pas plus pour des baskets de marque, et encore moins pour le Smartphone dernier cri. Donc il ne lui vient pas de réclamer.

Nous rencontrons toujours ces personnes qui dépensent de l’argent qu’ils n’ont pas. Pas de peur de manquer pour ceux-là. Ils connaissent le système et le font bien fonctionner, à l’aide d’un bon dossier de surendettement rondement rempli par un travailleur social.

Mais pour les autres, la vie est dure, remplie de restrictions.

Par contre, c’est un fait établi. Donne plus d’argent (donc plus de pouvoir d’achat) à une personne qui a grandi avec l’habitude d’avoir tout (ou presque) ce qu’elle veut ; et l’argent lui brulera les doigts.

Cet argent flambera dans leurs mains. Il leur en faudra par conséquent plus, toujours plus.

Publicités

2 réflexions sur “Père riche, père pauvre – leçon 1 (5)

  1. c’est exactement mon cas, je dépense ce que je n’ai pas. Mais ma thérapie me montre que ce n’est pas parce que je n’ai manqué de rien, au contraire je n’ai pas manqué d’argent c’est vrai, mais j’ai manqué d’amour. Ce que j’achète compulsivement me donne l’illusion de remplir mon coeur de la seule façon que j’avais connu : des parents absents qui travaillaient sans relâche pour qu’on mange à notre faim et qu’on parte en vacances. J’aurais voulu les voir plus souvent et avoir moins.

    J'aime

    1. C’est le même principe avec la boulimie. Se remplir pour combler un manque. A présent que tu en es pleinement consciente, va faire les boutiques sans moyen de paiement. Personnellement, me promener dans les magasins m’apaise même si je n’achète rien. Je remplis mon esprit sans vider mon porte-monnaie. Mets cet argent dans une tirelire est va faire une thalasso avec. Dépenser pour dépenser, autant que cela apporte un réel bien-être.

      Aimé par 1 personne

Répondre à Mel Annuler la réponse.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s