Hina, Maui et compagnie de Titaua Porcher

26886130-27387048[1]Cette pièce de théâtre, publiée aux éditions « Au vent des îles », reprend la légende du cocotier très connue à Tahiti, puisqu’elle explique la naissance de cet arbre sur les îles polynésiennes.

Pour celles et ceux qui ne la connaissent pas, pas de soucis. Un conteur nous la narre au début de la pièce.

C’est une version plus moderne de ce mythe que nous offre Titaua Porcher.

« Hina et Maui sont deux jeunes gens éperdus d’amour l’un pour l’autre, au point de ne pouvoir se passer de s’envoyer des texto, quand ils ne sont pas ensemble.
Un soir, la famille d’Hina accueille Vaihi, le fils d’un vieil ami du père de celle-ci. Ce nouveau venu tombe sous le charme de la jeune femme au caractère bien trempé.
Vaihi fait appel à un dieu pour l’aider à l’ensorceler et en faire sa compagne. »

Cette histoire plaisante garde le fils conducteur de la légende original (le cocotier en moins). L’auteure profite, au travers du regard critique d’Hina et du dieu Ta’aroa, pour prôner un peu de végétarisme, nous parler d’écologie, démontrer la folie des religions, sans oublier de rire, au passage, de nos jeunes et de leurs téléphones portables.

Il est beaucoup question de fromage français, ajoutant une note humour au récit.

Le vocabulaire littéraire des jeunes gens m’a dérangé. Je n’ai pas eu l’impression d’entendre parler des adultes d’à peine 20 ans. De plus ils se raconteraient presque leurs vies, alors qu’ils sont censés passer tout leur temps libre, jamais l’un sans l’autre.
Maintenant, c’est le problème des pièces de théâtre. Il faut bien apprendre à connaitre les protagonistes.

Certaines personnes seront un peu perdues durant les dialogues en Tahitien, surtout chez les popa’a (étranger). Heureusement, les échanges dans cette langue sont courts. Il y a bien quelques mots par-ci, par-là (c’est quand même un mythe polynésien), mais cela ne gène en rien la compréhension de l’histoire.

La fin choquera peut-être les puritains. N’oublions pas que les coutumes d’ici ne sont pas forcément celles d’ailleurs.

 

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s