Dreadlocks

Alors que je peux voir des Tahitiens avec des dreadlocks, il m’a été difficile de trouver une personne pour faire celles de ma fille.
Parfois, il ne suffit pas de questionner pour obtenir une réponse fiable. Le « tu vas sur la plage et tu demandes » ne m’as pas vraiment convaincue.
Donc j’ai cherché sur Facebook, car c’est bien connu que l’on y trouve tout.

Ben oui, mais en fait, non.

Armée des coordonnées d’un sacro-saint faisant cette coiffure monnayant 2000 XPF la demi-heure, je voyais déjà la tête de ma blondinette se transformer en celle de Bob Marley ; et tout cela de mon domicile.

Depuis peu en Polynésie Française, je ne connais pas encore la « fiu attitude ». J’en avais entendu parler, mais delà à le vivre, ça fait deux choses bien différentes.

L’homme, que j’imagine jeune, travaillait pour un centre aéré quand je l’ai contacté. Nous sommes convenus de nous recontacter après les vacances scolaires. Je l’ai donc rappelé, mais je suis tombée sur sa messagerie téléphonique. Après une bonne semaine, ma fille me demande un soir, si le gars peut venir le lendemain après-midi.
N’en pouvant plus d’attendre, ma petite, déjà grande, a relancé ce pseudo coiffeur de Dread sur Messenger. J’ai profité du lien enfin rétabli avec ce jeune homme pour lui dire que ma fille étant mineur, le rendez-vous se ferait en ma présence (il vient quand même chez moi en plus). Je l’ai invité à me rappeler pour que l’on arrête ensemble le jour de son intervention.

Oui, je sais. Ça fait vraiment vieille peau et obsolète de décrocher le téléphone, même portable, pour parler à une personne d’un rendez-vous de TRAVAIL.

Le gars ne venait pas chez moi bénévolement. Petit rappel : 2000 XPF la demi-heure.

Mais non, tu comprends, lui, il communique par Messenger. Autrement ce n’est pas possible. Véridique.

EH ! A plus de 15€ pour 30 minutes, tu décroches quand on t’appelle ! Ou t’envoie un SMS invitant la personne à te joindre à une heure bien précise.

Eh bien non !

J’ai contacté une autre personne toujours trouvée sur « face de bouc » prête aux meilleurs soins pour faire entrer de la monnaie sonnante et trébuchante dans sa poche, mais ma fille ne voulait que des dreadlocks faites avec ses cheveux et non des rajouts comme le proposait mon nouvel interlocuteur.

Et me revoilà repartie dans mes recherches, qui ont trouvé un aboutissement heureux.

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s