Pure folie

Ce texte m’a été inspiré par l’actualité. J’ai laissé murir. Je vous en donne le jus tel quel. Il est ce qu’il est et n’aura pas forcément de suite. 
Merci de votre bienveillance.

 


On avait peur des pays arabes, avec leur lot de fanatiques, de frères musulmans, tous prêts à mourir en martyres, disait-on.

On avait tremblé, quand la Corée et son dictateur ont fait leurs essais nucléaires.

Partout la bombe atomique mettait son glaive au-dessus de toutes nos têtes. Partout le terrorisme nous pendait au nez, apportant son lot de mort.

La mort n’attendait pas le jour de la récolte, car à chaque instant, elle ratissait large. Avec le réchauffement climatique, les catastrophes naturelles qui devinrent plus que naturelles, même plus des catastrophes. On ne comptait plus le prix des dégâts, juste le nombre des survivants.

C’est dans cette tension perpétuelle que nous y avons eue droit à notre bombe. Et pas qu’une.

A force de vouloir faire la révolution, à vouloir tout contester, des pirates informatiques sont arrivés à percer tous les codes de sécurité, dit-on.

Les cybers terroristes nous ont littéralement fait sauter la gueule.

Al-Qaïda n’avait pas fait mieux, n’aurait même pas envisagé une telle massivité dans la destruction.

Le problème n’est pas la première bombe. S’il n’y avait eu que cela. Le problème a été le pays d’où elle est partie et l’endroit où elle a atterri.
Comment provoquer une guerre totale et réduire l’homme à presque rien, c’est très simple.

Vous prenez le président d’une superpuissance, réputé pour avoir toujours le doigt sur la gâchette ; et vous faites partir un petit missile de ce pays direct sur un pays en voie de développement.

En quelques secondes, le pays parmi les plus pauvres et le plus peuplé vécu l’apocalypse. Il n’en fallut pas plus pour que les pays voisins possédants des armes de destruction massive utilisent les leurs.

Le nouveau monde fut vidé de ses habitants survivants en quelques semaines. Seuls les natifs et quelques rares communautés n’utilisant aucune technologie restèrent vivre dans cet amas de radioactivité.

La vieille Europe, le Japon et quelques rares pays d’Afrique ne prirent pas part à cette folie. Leurs dirigeants avaient gardé la tête froide et firent valoir leur droit à la neutralité. « Plus jamais ça ! » avaient scandé les peuples. Comment ne pas y réfléchir à deux fois, quand la guerre et leur flux de bombes avaient marqué profondément les chairs.

Dorénavant, il y aurait les neutres ; il y aurait les autres.

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s