Vanira Lodge

Petit séjour de deux nuits pour ma petite famille et moi, dans cette pension de famille de Tahiti Iti.

Si vous êtes en fauteuil roulant, ou si vous souhaitez être les pieds dans l’eau, oubliez. Ce n’est pas la pension qu’il vous faut. Au début, nous nous sommes même demandé, si nous allions arriver à monter la pente sans un bon 4X4. Mais notre petite Fiat Panda s’en est sortie sans problème, car si le chemin n’est pas engageant, il est bétonné sur la montée.

Par contre, si vous souhaitez faire l’expérience d’une maison traditionnelle polynésienne en famille, d’une maison dans les arbres et avoir l’impression de vivre comme Robinson (en version grand luxe, bien sûr), ou encore de vivre un moment en amoureux dans un bungalow avec jacuzzi et vue sur le lagon (pas panoramique, mais magnifique tout de même), Vanira Lodge est vraiment un très bon endroit pour cela.

Nous avons pris le bungalow « KAVA » (voir la photo du site prise de la Messaline). Mon fils qui habituellement n’aime pas les changements dans les salles d’eau a adoré la douche faite avec des pierres volcaniques de l’île. Cette impression d’être dedans et dehors à la fois nous a ravis.

La pension possède une petite piscine commune qui a trois paliers. Il faudra être prudent avec les jeunes enfants qui ne savent pas nager. L’avantage, c’est que les parents peuvent avoir de l’eau un peu au-dessus de la poitrine pour les mamans, tout en étant avec leurs enfants dans la partie pataugeoire.

Le cadre est agréable. Vous pouvez y voir des bassins à poissons avec sa végétation, ainsi que son potager qui, je pense, s’inspire de la permaculture.

Je ne vous conseillerai pas le sentier qui se trouve après le bungalow « Ofai ». Je n’y suis tentée. J’ai atteint le panorama en recrachant une partie de mes poumons, et en me demandant comment mon cœur arrivait encore à battre. Mon fils pareil. La montée se grimpe grâce à des marches creusées dans la terre. Du haut de mon mètre cinquante-six, certaines marches m’arrivaient bien au genou. La vue y est magnifique et heureusement. La descente est aussi fastidieuse que la montée. C’est simple, mes muscles pleurent encore leurs mères.

Les bungalows familiaux sont équipés de cuisine, et heureusement. Honnêtement, nous avons bien mangé au restaurant de la pension. Il ne faut pas être de gros mangeurs. Le menu y est gastronomique. C’est délicieux et fin, mais pas de steak frites. Ou alors mon fils de 14 ans était trop vieux pour qu’il puisse y avoir accès. Il a pris le bœuf (sauce morilles à part), frites maison. Avec mon poisson perroquet vapeur, ses légumes et son riz, je suis celle qui a reçu la plus grosse assiette. Le poulpe au curry est apporté dans une très grande assiette qui forme en son centre un bol. Et pour le coup la portion paraît d’autant plus petite. On remercierait presque le riz d’exister.

Le restaurant est fait plus pour les gourmets que pour les gros mangeurs. En contre-partie, le petit déjeuner est copieux, avec ses fruits frais, le fromage, confiture,  pour tous les menus proposés. Il y a possibilité d’avoir une version pain coco, pain beurre, yaourt, ou une version avec omelette. Vous pouvez aussi vous contenter du simple café qui celui-ci est coulé et pas soluble comme dans les bungalows.

En conclusion, notre séjour dans cette pension de famille y a été agréable. Elle vaut sa bonne notation dans le guide « Ia ora ». Elle change des pensions les pieds dans le sable et offre une aventure différente.

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s