Tuer ou ne pas tuer ?

Je suis plongée en plein dans la série « Death Note ». Ce manga de Takeshi Obata et Tsugumi Ohsa soulève des questionnements intéressants. Le héros trouve un Death Note qui n’est autre que le cahier d’un dieu de la mort. Toutes les personnes qu’on inscrit sur ce cahier meurent.

D’où mes questions :

Si nous avions la possibilité de tuer des personnes en écrivant seulement leur nom et prénom dans un cahier le ferions nous ?

Peut-on se donner le droit de tuer une personne sans procès, juste parce que nous avons estimé qu’elle le méritait?

 

Je ne peux m’empêcher en écrivant ces lignes de penser à Jacqueline Sauvage. Cette femme de plus de 60 ans, ayant été battue pendant plus de 40 ans, a décidé un beau jour de faire sa justice en tuant son conjoint. N’oublions pas que son geste, bien qu’effectué en position d’auto-défense, était tout de même prémédité.

Cet homme était un pourri. En plus de battre sa femme, il a violé ses enfants. Je ne pleure pas sa mort. Ce qui me gène, c’est le comportement de Jacqueline. Cette femme a été montrée comme une pauvre mère de famille ayant subi. Je vais me faire l’avocate du diable et poser cette simple question à laquelle certaines et certains réagiront sûrement.

Après avoir laissé son compagnon violer une à une ses filles pendant plusieurs années, Jacqueline ne mériterait-elle pas son nom dans le « Death Note » ? 

Je sais. C’est violent comme question. Je suppose que pas mal de femmes battues vont avoir envie de m’étriper. Il n’empêche que je crie COUPABLE ! Elle n’a pas protégé ses enfants. Pire, elle les a laissé devenir des victimes, laissé porter leur fardeau seul, en plus du sien. Un enfant grandissant avec un parent violent, même sans coups portés, est en adulte blessé à vie. Imaginez quand en plus ils ont été les victimes. Messieurs (car il y en a aussi) et mesdames battus, VOUS choisissez de rester. Et par ce fait, VOUS avez votre part de responsabilité. Donc VOUS êtes en partie coupables de toutes les cicatrices visibles ou invisibles que cette situation laissera à jamais sur vos enfants.

Cela ne veut pas dire pour autant que si j’en avais la possibilité, je mettrais le nom de Jacqueline sur le cahier de la mort. La loi a donné son verdict, laissons là vivre en paix.

 

Pour en revenir à ce génial manga, qui donne une image de la folie humaine peut prendre. Ce jeune homme très intelligent, vouant sa vie à devenir policier, se métamorphose en un dieu vengeur et justicier. Il laisse un gout étrange, entre il a raison, je ferais pareil à sa place, au début de l’histoire. Il devient de plus en plus dérangeant au fur et mesure que l’on se rend compte de l’ampleur de la situation. Et surtout de sa folie.

J’en reviens aux questions que se pose Light au premier tome de la série :

Si jamais ça marchait, ça ferait de moi un meurtrier ? Pourrai-je le supporter ? Certaines personnes peuvent-être tuées sans scrupule, mais comment savoir si d’autres sont mauvais au point de mériter la mort ?

 

Image de ma une est tirée de ce site : http://holidaywallpaper.blogspot.com/2011/10/grim-reaper-wallpapers.html

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s