Le grand ras-le-bol quand être une mère prend toute la place

Il y a des moments comme ça, où être une mère y en a plus que marre.

L’unité pédopsychiatrique où va mon fils autiste asperger m’en a sortie une bonne. Les intervenants veulent qu’il aille à leur atelier ado. Sauf qu’il ne suffit pas que le docteur fasse sa « gentille petite» prescription pour que tout le monde dise amen.

Vous l’aurez compris, mon jeune ne veut absolument pas y aller. Je suis d’accord avec lui sur le fait que cela ne lui apporte rien. Et je dirai même plus, son père n’est pas convaincu du bien-fondé de la chose.

L’une des infirmières en discute avec moi (oui, je suis quand même le préposé au taxi). Elle est d’accord pour parlementer avec mon fils pour qu’il accepte de venir de son plein gré, et même de venir me le chercher. Seulement elle blablate dans le vide, puisqu’il n’y a pas la logiste nécessaire pour me décharger du problème.

L’autre infirmière de l’unité m’a appelé pour me mettre devant le fait accompli que le club était cette semaine. Elle a compris que ça me gonflait et m’a proposé d’appeler le papa, alors que cela ne changera rien. L’information qu’elle donne, je ne vais pas la garder pour moi. Autant dire que j’ai eu tort, j’en ai pris plein mon grade. Cela a duré 25 minutes au téléphone, en pleine rue. Normal, si j’avais été chez moi cela aurait été moins drôle. Et même quand je lui dis que je n’entends pas bien, elle continue quand même son blabla.

Donc aux dernières nouvelles, nous devons emmener notre enfant à une activité…, désolé, à un soin auquel aucun de nous, parents et enfant, n’adhérons vraiment, voire pas du tout. Viens le plus drôle. Il paraît que je ne l’autorise pas à faire cette activité et c’est pour cela que mon fils ne veut pas y aller.
Hein !? Je n’ai jamais dit que je refusais qu’il y aille ! C’est lui qui n’en veut pas.

Mieux, c’est à MOI (oui ! oui ! MOI) de convaincre mon jeune que c’est génial, voire de lui faire comprendre qu’il n’a pas le choix.
Ce qui est faux, puisque le choix lui appartient quand même un peu. Il m’est donc demandé de mentir.

Bonjour ma crédibilité.

Mais tout est mis sur mon dos en plus. D’où mon ras-le-bol. D’ailleurs c’est simple, tout est de ma faute.

Pour l’unité pédopsychiatrique, je suis une mère qui s’occupe trop de son enfant.
Ah bon !? On m’aurait menti ? Je ne suis pas censée m’occuper de mes enfants ?

Je le surprotège trop.
Sans rire ! Euh ! Il va au collège quand même. Je me disais justement que je devrais l’y enlever? En plus, ça ferait bien plaisir à la principale adjointe si je lui enlevais ce fardeau.

Il faut absolument qu’il aille à cette activité du mercredi sous peine de ne jamais pouvoir survivre dans ce monde de brutes.
A croire qu’il est cloitré à la maison. Et au collège, il ne les affronte pas les réalités de la vie.

C’est nous, sa famille, voir surtout moi sa mère, qui créons ses peurs et ses angoisses.
Allo !! Il est toujours allé à l’école avec les enfants ordinaires, où il y a affronté bien plus que les peurs de sa mère. D’ailleurs, j’ai peur de l’eau et panique dès que j’ai la tête en dessus, cela n’empêche pas mes deux enfants d’être des poissons. Donc c’est bien qu’elles ne sont pas si transmettables que ça mes peurs.

C’est simple, il suffit que j’ouvre la bouche pendant la séance familiale avec le docteur pour qu’il s’engouffre dans la brèche et qu’il me mette tout sur le dos. Il paraît qu’il faut appuyer où ça fait mal.
Tu parles que ça fait mal. Pas sûr que cela soit bon pour mon fils de voir sa mère se faire rabaisser comme une grosse merde et accuser d’être la cause suprême de tous ses problèmes.

Je passe mon temps en début d’année à trouver une activité à mon fils. Alors que mon garçon est d’accord pour sortir de son trou et aller se confronter aux gens, si cette activité a le malheur de ne pas être en adéquation avec l’opinion du docteur, c’est poubelle. Et c’est pire si j’ai le malheur de la faire avec lui. Je remercierais presque le Bon Dieu quand j’ai enfin l’approbation du jury et du mari, et que le petit veuille bien, et ….

Pitié !!!!

Le pire pour moi, je pense, est que si mon homme faisait la même chose que moi, il recevrait des félicitations.

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s