2e partie et fin – L’île des Gauchers – Alexandre Jardin

Dans un premier article, je vous parlais brièvement de ce livre que je venais de commencer. Je vous disais la justesse de l’auteur qui nous décrit les désirs sexuels de l’homme et la réalité de la vie qui amène son lot de frustration, ainsi que le rôle de râleuse que prend la femme au fil du temps.

J’ai continué ma lecture pour voir jusqu’où mon esprit allait être chamboulé, et je dois avouer que je n’ai pas été déçu.

Je ne vous dévoilerais pas comment Cigogne rejoint son île des Gauchers, je vous le laisse découvrir. Toujours est-il qu’il est bien question d’amour dans ce roman. Mais pas une recherche comme nous avons l’habitude de les lire ou de les voir dans les films, puisque là pour le coup, le personnage principal amène avec lui l’amour de sa vie dans l’aventure afin d’apprendre à devenir un vrai mari.

Entre l’île du silence où il est interdit de parler et celle de la vérité où l’on se cracherait presque dessus, le but reste le même, mieux se connaître et connaître mieux l’autre. La vie de cette société de gauchers et de « droitiers devenus gauchers » ne s’écoule pas toujours de la plus tranquille des façons. Ajoutons à cela les jours habillés de blanc, où la personne ainsi vêtue a droit de faire ce qu’elle veut sans rendre de compte, je dirais presque que cette île est faite pour vivre sa sexualité sans contrainte.

Si vous êtes adeptes de la fidélité avant tout, toi moi et personne d’autre, vous risquez de vous prendre une claque. Entre Emilie qui apprend à devenir une femme épanouie dans les bras d’un amant, Cigogne retenant sa jalousie tant bien que mal, et Cigogne, lui-même, qui redécouvre sa virilité entre les cuisses d’une maîtresse, tout cela est quelque peu un appel au libertinage.

Jusqu’où devons-nous aller ?

Jusqu’où devons-nous nous donner des permissions et/ou des interdits ?

Ne pouvons-nous pas être heureux en gardant notre vision du couple ?

Ce roman m’a laissé pour ma part un goût particulier et un questionnement profond sur mon propre couple.

A vous de voir si vous aurez envie de marcher sur les pas de Cigogne et de son Emilie.

Ou pas !

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s